À Pissy-Pôville, les réseaux aériens électriques et Telecom sont enterrés

Un article publié par le Paris Normandie le 13/05/2015

Source : www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/3165493/region/un-nouveau-look-pour-le-village#.VWwtaUY4r0m

Depuis des années, à la vue des câbles électriques ou Telecom aériens et leur propagation avec la création des lotissements « Le Clos des noisetiers » et « Rue du Manoir », le maire, Paul Lesellier, s'est lancé dans une croisade d'effacement. Après quinze mois d'études, en collaboration avec le SDE76 (syndicat départemental d'énergie) et ERDF, ainsi qu'une année de travaux par l'entreprise DR, ce sont 1 500 m de câbles haute tension (20kV) qui ont été enfouis, renforcés par 200 m de réseau basse tension. 2 500 m de réseau aérien haute tension et 1 407 m en basse tension ont aussi été enterrés.

 

La technique du fonçage

 

« Il y en avait dans tous les sens, de toutes les hauteurs et grosseurs. Désormais, cette opération apporte une valeur esthétique et environnementale à la commune », a déclaré le premier édile, lors de la présentation officielle des travaux d'effacement, en présence de Patrick De Wit, directeur du SDE76 et d'Henri Wattiez, délégué territorial ERDF. Le coût total de l'opération, qui sera définitivement terminée en septembre, est de 343 000 €, financés à hauteur de 165 000 € pour ERDF, 168 000 € pour le SDE76 et 10 000 € pour la commune. 3 500 h de travail ont été nécessaires en utilisant notamment la technique du fonçage, qui évite d'ouvrir des tranchées et ainsi d'endommager la voirie.
 

Arrêté du 25 janvier 2013 relatif à l'éclairage nocturne des bâtiments non résidentiels afin de limiter les nuisances lumineuses et les consommations d'énergie

Le présent arrêté précise les modalités de fonctionnement des installations d'éclairage des bâtiments non résidentiels, recouvrant à la fois l'éclairage intérieur émis vers l'extérieur de ces bâtiments et l'éclairage des façades de bâtiments.

Il est précisé que cette dernière catégorie ne concerne pas les réverbères d'éclairage public des collectivités apposés en façade qui sont destinés à éclairer la voirie.

 

Lien vers le texte officiel

SIERG de FONTAINE LE BOURG, ECLAIRAGE PUBLIC : Point sur le développement d'une solution alternative au réseau traditionnel

Avec l'aide du Syndicat Départemental d'Energie et sur sollicitation de la Commune de CLERES, le Syndicat Intercommunal d'Energie de la région de FONTAINE LE BOURG a réalisé en septembre 2008 un projet d'éclairage public solaire à vu le jour pour éclairer un abribus isolé.
 

Eclairage solaire d'un point isolé

Cet équipement est constitué d'un mât droit de 5 m de hauteur équipé d'un panneau solaire et d'une lanterne à LED qui éclaire de façon autonome et satisfaisante l'abribus 2 heures 30 le matin et 2 heures 30 le soir, assurant la sécurité du ramassage scolaire.


Compte tenu de l'éloignement du réseau d'éclairage public, le projet solaire d'un coût de 9.270 € a été préféré au projet classique alimenté par technique aérienne, qui aurait davantage impacté l'environnement en nécessitant des travaux de terrassement pour l'acheminement filaire.


Cette solution alternative, après étude comparative avec les solutions classiques, est proposée par le Syndicat Départemental d'Energie de la Seine-Maritime pour les lieux isolés (abribus,…), ne nécessitant pas une puissance importante ni une durée d'éclairement supérieure à 4 heures par jour ou pour les espaces publics où les tranchées ne sont pas possibles (parcs, espaces urbains aménagés). Cette solution n'est pas généralisable en l'état de la technique.


L'équipement technique en quelques points :

  • fonctionne sans raccordement au réseau EDF (pas de consommation)
  • panneau solaire invisible
  • éclairage automatique à l'arrivée de la nuit, s'arrête au levé du jour (autonomie 4 heures/jour)
  • ampoule à LEDS, économe en énergie, de très longue durée de vie : 50.000 heures
  • carte de gestion intégrée : gestion de la luminosité, du niveau de la batterie
  • éclairage vers le bas sans pollution lumineuse

SIERG de FECAMP, ECLAIRAGE PUBLIC : Vérification de la solidité des mats.

Avec l'aide du Syndicat Départemental d'Energie de la Seine Maritime et sur sollicitation de la Commune d' Epreville sur Fecamp, le Syndicat Intercommunal d'Electrification et de gaz de la région de FECAMP a réalisé en mai 2009 un test de stabilité des candélabres situé sur le RD 925.

Test de solidité des mats d'éclairage par le SDE76.
Pourquoi tester des mâts ? La sécurité est-elle une idée fixe ? Avec les candélabres oui !

Une campagne vient ainsi d'être menée pour vérifier la solidité de l'ancrage de 33 mâts sur la commune d'Epreville, après la chute de deux d'entre eux intervenue inopinément sur le RD925.


L'électronique, la régulation et la batterie sont dissimulés dans la lanterne.

 

Les mâts d'éclairage sont étudiés pour résister à la force du vent, selon une norme établie en fonction des régions. « de plus une mauvaise pose, un tassement du terrain, l'acidité du sol, un mauvais vieillissement du métal ou les vibrations engendrées par la circulation peuvent fragiliser les candélabres de manière sournoise » précise Patrick De Wit le directeur du Syndicat Départemental.

 

En mai 2009, le SIER de Fécamp a donc fait procéder à des tests de stabilité des 33 candélabres du RD 925 suspectés de fragilité avant de décider de leur renouvellement anticipé. Dans le doute, ce renouvellement était demandé pour raison de sécurité par la commune depuis la chute de deux d'entre eux. Coût de l'opération de contrôle : 4800 €.

 

Les tests réalisés par la société « REI LUX » sont menés grâce à un système hydraulique qui applique au candélabre la force du vent à laquelle il doit pouvoir résister. Dans le même temps, un capteur enregistre les déformations qu'il subit afin de savoir s'il a gardé toutes ses propriétés d'élasticité et de résistance mécanique.

 

« Tester les candélabres n'est pas une obligation légale, mais l'opération est largement préconisée pour des raisons évidentes de sécurité » précise Jean Marie Crochemore, Président du SIERG de Fecamp.

 

Résultat : les 33 mâts d'Epreville sont conformes et apte au service public, mais pour quelque un d'entre eux une action sur la liaison entre le massif de fondation et le pied de mât devra être menée pour assurer leur pérennité. Soulagement pour Mr Le Maire d'Epreville « le budget communal n'aura pas à assurer le renouvellement de 33 mâts d'un prix moyen unitaire de 1500 €, la sécurité publique est assurée dans la transparence avec la garantie de 3 ans apportée par le Bureau d'étude REI LUX, je suis satisfait. »

Eclairage public : Inventaire patrimonial 2008

Afin de mesurer l'impact du programme MDE voté en 2010 pour l'éclairage public, le SDE76 a dressé un inventaire des travaux d'éclairage public réalisé sur le 2008 soldé fin 2010. Vous trouverez ci-dessous les premiers résultats et commentaires.

FNCCR

Services publics locaux de l'énergie, de l'eau et de l'environnement.

Energie 2007

Tout comprendre sur l'ouverture des marchés de l'énergie.

 

2017 © Syndicat Départemental d’Energie Hébergement & Support Le plus du Web - Création graphique Pratikmedia - Site géré et suivi par Studionet